Démarche

18 octobre 2018

Quel est l’objectif ultime de toute entreprise ?

Nous pensons que la création de valeur est l’objectif principal de toutes les parties prenantes d’une entreprise, actionnaires comme salariés.

Comment y parvenir ?

Les succès démontrent qu’il faut modéliser, structurer, industrialiser progressivement toutes les activités de l’entreprise en visant la Scalabilité seul gage d’une croissance maîtrisée et durable

  • La scalabilité se construit pas à pas
  • La scalabilité est une ambition et un état d’esprit
  • La scalabilité repose sur du rythme et de la qualité d’exécution avant tout

Notre promesse 

Des résultats qui se construisent pas à pas grâce à un programme d’accompagnement éprouvé, en mode learning by doing, animé par une équipe très expérimentée désireuse de transmettre.

Notre conviction

Comme le dit l’adage, il ne sert à rien de dire aux dirigeants comment pêcher ou de pêcher pour eux. Au mieux, cela peut avoir un effet bénéfique sur le court terme uniquement.

Il faut leur apprendre à pêcher, puis à construire un chalutier, puis à le piloter, y compris par gros temps.

 

Notre histoire

La nôtre a commencé en 2002, lorsque notre fondateur a tout d’abord proposé aux (petites) SSII d’optimiser leur fonction commerciale.

Puis, de 2007 à 2010, de nombreux anciens dirigeants (Capgemini, Atos, Steria, Accenture) ont rejoint le cabinet et les missions de conseil se sont succédées : l’AM chez Capgemini, le Testing chez Steria, les offres chez Sogeti, le commerce chez ATOS TS, du benchmarking pour CGI, …

Relative mise en sommeil de 2011 à 2014.

Pivot, enfin, en 2015.

Forts de la conviction que c’étaient les TPE qui avaient le plus besoin de nos expertises, mais que dire ce qu’il faut faire n’assure d’aucun résultat probant. De plus, que ce soit d’un point de vue factuel (les moyens) que psychologique, jamais un dirigeant de TPE de nous paierait ce que les grands acteurs faisaient dans la période précédente.

Il fallait donc inventer un nouveau modèle de coopération et d’engagement, basé sur une rémunération au résultat, un accompagnement plus concret, plus proche du terrain.

4 années plus tard, et alors que nous avons rodé, amélioré sans cesse notre dispositif, nous sommes en mesure aujourd’hui, 2019, de proposer un modèle d’accompagnement réellement original, engagé … et qui fonctionne !

Pour atteindre les résultats promis, une équipe pluridisciplinaire de seniors qui n’ont qu’un objectif : faire réussir nos clients. Notre satisfaction, et notre rémunération, en dépendent.

Notre promesse : des résultats, une valeur d’entreprise décuplée.

 

Pourquoi avoir créé le SUA ?

Parce que la création de valeur est l’objectif principal de toutes les parties prenantes de l’entreprise, actionnaires comme salariés

Parce que trop de startup de qualité stagnent et n’arrivent pas à franchir leur « plafond de verre » : quel gâchis pour leurs actionnaires et dirigeants !

Parce que recruter un (ou plusieurs) « sachant » ne résout pas tout, loin s’en faut.

Parce que des « conseilleurs », il y en a partout, y compris dans les boards, mais que ce ne sont pas eux qui font avancer les choses.

Parce qu’aucune recette, aucune compétence, aucune méthode, aucun outil, pris isolément, n’est efficace. Seule une démarche systémique donne de vrais résultats durables.

Parce que, certes, il existe souvent une vision et des capacités managériales chez les entrepreneurs, mais rarement la volonté et la capacité de structurer un modèle réellement scalable qui seul permet une croissance régulière et maîtrisée.

 

Faire ce qu’il faut quand il le faut

  1. Tout d’abord, il faut faire les choses dans le bon ordre.
  • Inutile d’investir de l’argent dans le marketing tant que l’on n’a pas la bonne cible
  • Inutile de recruter des commerciaux tant que la cible n’est pas certaine, que le modèle de vente n’est pas avéré, que la valeur ajoutée n’est pas clairement définie, que la politique tarifaire n’est pas pertinente, …
  • Inutile de mettre en place une organisation pléthorique tant que l’on n’a pas des succès business réguliers et répétés
  1. Il faut ensuite de l’humilité et de la lucidité: élaborer des hypothèses et surtout les vérifier avant de déployer ; mais faire des tests business est un vrai métier, différent de celui des tests techniques, et c’est une compétence rarement présente dans les TPE technologiques.
  2. Il faut également fixer et suivre les bons indicateurs de création de valeur : taux de transformation des opportunités, pourcentage d’upsell chez les clients existants, volume de nouveaux leads par période…
  3. Il faut enfin mettre du rythme dans le management, de la discipline et de la persévérance dans le pilotage de l’exécution.
  4. Et pour finir, se doter d’outils de pilotage de l’ensemble de l’activité, avec les bons indicateurs métiers synthétiques et efficients.

 

Le SUA

  • Un véritable parcours de développement qui commence, last but not least, par le business, principal moteur de la réussite. Pas de client, pas de problèmes de back-office ou de delivery. Pas besoin de fonds pour développer ce qui ne fonctionne pas ou mal !

Ce programme, dont les différentes étapes ont été conçues en 2015 et sans cesse améliorées depuis, donne des résultats probants pour les entreprises qui s’y investissent.

  • Une équipe de professionnels seniors rompus à la mise en œuvre de business modèles scalables qui ont, avant tout, l’envie de faire réussir leurs clients en transmettant leur savoir-faire et leur vécu.
  • Un modèle de rémunération essentiellement basé sur les résultats obtenus par nos clients, du win-win en réalité !

 

Pour qui est fait le SUA ?

Des entreprises technologiques

  • D’au moins 3 à 5 ans de vie
  • Qui s’adressent à des cibles BtoB en vente complexe
  • Avec un « vrai » produit (logiciel ou service packagé)
  • Avec des premiers « vrais » clients