Le MVP : comment accélérer le démarrage ?

 

Le MVP (Minimum Viable Product) est un des 3 piliers du Lean Startup avec le Business Model Canvas et le Customer Development. Le MVP a pour mission d’accélérer l’apprentissage et la validation des hypothèses de travail que l’on établit lorsque l’on décide de créer une nouvelle offre : quelle est la cible ? Quels sont les besoins à satisfaire ? Combien les futurs clients sont prêts à payer ?

Contrairement à ce que l’on pense généralement dans le secteur du logiciel, il n’est pas nécessaire de coder quoi que ce soit pour tester un concept ou un marché. Du moins au tout début. Dans un premier temps, il peut suffire  de monter une présentation PowerPoint d’une douzaine de slides qui expose la vision, les enjeux et les grandes fonctionnalités attendues de la solution. Cette présentation doit s’accompagner d’un questionnaire préparé à l’avance de moins de 10 questions afin de recueillir le feedback des interlocuteurs : est-ce que les enjeux évoqués sont bien réels ? Les priorités en termes de fonctionnalités sont-elles les bonnes ? La solution a-t-elle déjà de la concurrence ? Les interviewés seraient-il prêts à contribuer à la construction de la solution ? Bref, une ensemble d’informations qui permet déjà de comprendre ce qu’attendent les futurs clients, ce qui compte vraiment à leurs yeux et leur degré de motivation par rapport à ce qui leur est proposé.

Pour avoir des retours exploitables, il faut réaliser entre 10 et 15 interviews avec un panel d’interlocuteurs le plus représentatif possible de la cible visée. Si l’échantillon est trop faible ou trop disparate, il risque d’y avoir beaucoup de dispersion dans les retours et il sera difficile de tirer des enseignements valables.  Si, au contraire, il y a trop d’uniformité, la convergence sera importante, mais on risque alors de tirer de mauvaises conclusions. Pour résumer, il faut donc de la diversité, mais pas trop…

Il peut s’avérer nécessaire de faire plusieurs vagues d’interviews avant d’avoir les idées suffisamment claires pour se lancer dans la réalisation d’une maquette. Le processus peut sembler long et fastidieux, mais le temps investi dans cette étape cruciale de découverte sera largement amorti dans la suite de la démarche. Il est en effet plus facile et plus rapide de corriger le tir lorsque l’on n’est pas trop engagé dans les développements et que l’on peut jeter ce que l’on a déjà fait sans regret.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *